Pour nous, la santé, c’est public !

Les parlementaires UMP de l’Essonne pourront toujours brailler qu’ils défendent le service public de santé, la vérité est qu’ils soutiennent un gouvernement qui casse chaque jour un peu plus l’outil d’intérêt général que constitue le secteur public de la santé.

Fusion des hôpitaux de Dourdan et d’Étampes, fermeture des services de chirurgie et de maternité de l’hôpital de Juvisy, et maintenant projet de fermeture du service de radiothérapie de l’hôpital de Corbeil-Essonnes : l’Essonne paye un lourd tribut à la casse du service public hospitalier. Ce dernier projet est d’ailleurs emblématique de la volonté gouvernementale. En effet, la particularité du centre de radiothérapie de Corbeil est d’être le seul du secteur public de tout le département. En le supprimant, voilà qui ferait la part belle aux centres privés.
Ainsi la logique de la droite libérale est une fois de plus à l’œuvre : on supprime peu à peu les crédits, on constate que ça ne marche pas, alors on a recours au secteur privé ! Oui, sauf que là, la droite va encore plus vite. Sans doute se sentant avoir les coudées franches vu l’état dans lequel se trouve l’opposition dans notre pays, elle se permet même de fermer un service qui, de l’avis unanime, fonctionnait très bien.

D’où la légitime incompréhension des personnels qui, au regard de l’excellent travail qu’ils fournissaient et des garanties qu’ils pensaient avoir obtenues de l’Agence Régionale Hospitalière de l’Ile de France (ARIHF), n’imaginaient pas du tout voir leur service fermer.

Le Plan Hôpital 2011 et l’avis positif de l’ARHIF donnaient clairement des perspectives au-delà de l’année 2010 à ce service public.

Les conséquences qui en résulteraient sont multiples : si les gens n’ont pas les moyens d’aller dans un centre privé, ils seront donc contraints d’aller dans un autre département pour avoir une radio. Le coût financier et en temps de transport est donc largement augmenté. C’est socialement et écologiquement injuste. Comme d’habitude ?
Oui, décidément, ça devient vraiment une très mauvaise habitude des mesures prises par le gouvernement de Nicolas Sarkozy…

A Etampes, par l’intermédiaire de l’organe de propagande municipale, Marlin se gargarise de l’ouverture d’un centre de dialyse privé !

Ce n’est pas d’une privatisation de l’hôpital public dont ont besoin les habitants mais bien au contraire d’un renforcement de la structure publique, n’en déplaise à ses fossoyeurs.
La santé livrée aux groupes capitalistes, décidément, c’est non !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide