Tribune de février 2010

Attaques croisées contre Etampes Solidaire

Voici la tribune des élus ‘Etampes Solidaire’ qui paraît ce vendredi dans Étampes info. Elle est coincée entre celle de la liste de droite et de son maire ump et celle de l’autre liste d’opposition, alliée au modem. Les deux nous attaquent, cela ne nous inquiète pas, cela nous rassure.

L’un, professionnel de la politique et cumulard caricature nos positions et répète “je ne fais pas de politique ! je ne fais pas de politique!” Il confond ‘majorité-opposition’ et ‘suzerain-vassaux’.

L’autre, “petit Besson étampois” avait quitté son parti parce qu’il n’était pas sûr d’être tête de liste aux municipales, a ensuite présenté une liste de division en s’appuyant sur le modem et depuis, trépigne de tribune mensuelle en tribune mensuelle, “je suis de gauche ! Je suis de gauche !”

Voici donc notre tribune :

Quand les idées des élus d’Etampes Solidaire s’imposent !

Comment être sérieux pour vous parler de la majorité municipale sans évoquer ceux qui, en réunion du Conseil admirent le plafond en rêvant, ceux qui disent oui à tout ce qu’on leur propose sans jamais avoir de précision à demander ou encore préfèrent discuter avec leur voisin plutôt que de prendre part aux débats. Oui c’est bien un manque de sérieux qui semble être la valeur commune de cette majorité. C’est sans doute ce qui pousse le maire, faute de proposition dans son propre camp, à reprendre pour son compte les idées de l’opposition et tout particulièrement dans le programme d’Etampes solidaire. Ainsi en est-il des citadines accessibles aux personnes handicapées, aux véhicules municipaux électriques, à l’aménagement des horaires des lignes de bus de certains quartiers pour faciliter la vie des habitants. Autant de propositions qui ont en leur temps provoqué la raillerie voire la colère du maire mais qui ont su finalement s’imposer, tout simplement parce qu’il s’agissait de propositions allant dans le sens de l’intérêt commun.

Mais celle qui nous a valu le plus extraordinaire revirement du maire, est sans aucun doute la proposition que nous avons faite en Conseil municipal pour la mise en place dans la ville de défibrillateurs destinés à sauver des vies. L’incompréhensible colère du maire ne nous laissait pas imaginer qu’ils seraient mis en place aussi rapidement.Nous pourrions être revanchards, nous nous félicitons au contraire de servir l’intérêt général pour le bien-être des Etampois.

A quoi sert le Conseil d’administration du CCAS ?

Ou, comme dit le proverbe arabe : «A quoi sert la lumière du soleil si on a les yeux fermés ?» C’est la question que pourrait se poser à juste titre notre collègue Monique Huguet, conseillère d’opposition et membre du CCAS. Rappelons que le Centre Communal d’Action Sociale est un établissement public administratif communal intervenant dans :
– l’aide sociale légale qui, de par la loi, est sa seule attribution obligatoire;
– l’aide sociale facultative et l’action sociale, pour laquelle il dispose d’une grande liberté d’intervention et met en œuvre la politique sociale déterminée par les élus locaux;
– l’animation des activités sociales.

Pourtant, aucun travail sur les orientations budgétaires ou sociales n’est fait en amont des conseils en concertation avec l’opposition. Ne serait ce que par la mise en place d’une commission permanente. Non. Ici, tout est préparé, géré, en catimini. Ainsi réduit à sa plus simple expression démocratique, voilà encore une instance municipale qui devrait être un véritable lieu d’échange et de débat, transformée en vulgaire chambre d’enregistrement.

Le Rassemblement de la gauche, des écologistes et républicains ne se satisfera pas d’un tel dysfonctionnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide