MINIMUM DURABLE

La France connaît des niveaux de sècheresse jamais atteints depuis cinquante ans. 47 départements sont déjà contraints d’appliquer des restrictions d’usage de l’eau etce n’est qu’un début ! L’Essonne n’échappe pas à cette situation et Étampes porte elle aussi les stigmates de cette pénurie. Chacun prend ainsi conscience de la rareté et de la valeur de ressources naturelles trop souvent gaspillées. Le rôle des collectivitésn’est-il pas alors de montrer l’exemple, d’informer, d’innover, de penser à long terme notre développement pour qu’il soit réellement durable ? Comment ne pas s’offusquer alors, de voir les véhicules de nettoiement de la voirie s’alimenter aux bornes incendie de la ville ? Beaucoup d’agglomérations ont mis en place des systèmes de récupération d’eau de pluie, enterrant des cuves là où elles étaient utiles et en démontrant la rentabilité aussi bien écologique qu’économique de tels dispositifs. Le lavage des véhicules, l’arrosage des espaces verts, le nettoyage des rues sont assurés par ces moyens. Mais au-delà de la protection des ressources, la protection de l’environnement suppose aussi la prévention de la pollution et la préservation des milieux naturels et des écosystèmes, le développement de comportements compatibles avec une meilleure mobilité urbaine, un plan de circulation durable, la  sécurisation des déplacements des deux roues et des piétons. Pour les villes qui ont fait le choix de suivre les recommandations du Sommet de Rio, cette politique du durable s’inscrit dans l’Agenda 21. Il est regrettable que le maire n’ait pas fait ce choix en pratiquant la politique du gagne petit écologique. Utiliser des agro-pellets, installer des ruches, construire des bâtiments haute qualité environnementale, c’est bien. Mais ne faudrait-il pas aussi réduire la consommation d’énergie en stoppant l’éclairage des monuments la nuit,  développer les énergies renouvelables, garantir la qualité et la quantité de la ressource en eau. Le sacrifice des espaces naturels sensibles proches de la zone du Bois Bourdon au profit de son extension est un véritable aveu. La préservation d’espaces protégés pèse bien peu aux yeux de la droite municipale face à des enjeux économiques plus « immédiats »qui ne profiteront guère aux étampois. Cette attitude est extrêmement surprenante etinquiétante. Étampes Solidaire, rassemblement de la gauche, des écologistes et républicains a fait depuis toujours un autre choix. Celui d’établir, avec les citoyens, le premier plan stratégique de développement écologique de la ville en y associant tous les secteurs d’activité et les habitants. Seule une gestion optimale des ressources naturelles, humaines et financières peut favoriser une croissance économique durable, l’épanouissement social et l’amélioration de la qualité de vie.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide