Hommage à Salvador Allende

Dimanche 11 septembre, l’association Etampes Solidaire, ses élus au Conseil municipal, des citoyens Etampois ont rendu hommage à Salvador ALLENDE, dont une rue de la ville porte le nom, homme de gauche et Président du Chili de l’Unité Populaire, mort lors du coup d’état du 11 septembre 1973, perpétré par l’armée soutenue par l’oligarchie bourgeoise, avec la complicité de Nixon, alors président des USA.
Cette cérémonie a été aussi un hommage à tous les peuples opprimés. Un bouquet de fleurs a été déposé.

Après avoir excusé Didier Chareille,  Jonas Malonga et Christophe Manzoni, Monique Huguet a cité le Président Allende:
« …Je serai toujours à vos côtés, mon souvenir sera au moins celui d’un homme digne qui fut loyal à sa patrie. Le peuple doit se défendre, mais ne pas être sacrifié. Le peuple ne doit pas se laisser abattre ni cribler de coups, et il ne doit pas non plus se laisser humilier. Travailleurs de mon pays, j’ai foi au Chili et en son destin. D’autres hommes surmonteront le moment triste et amer où la trahison prétend s’imposer. Continuez à penser que s’ouvriront bientôt, beaucoup plus tôt que tard, les grandes avenues où passera l’homme libre pour construire un monde meilleur…. »

Pour sa part Francois Jousset a déclaré:
« Nous avons voulu cette année avoir aussi une pensée pour les peuples opprimés. Dans une Amérique du sud alors dominée par des dictatures soutenues ou pilotées par les États Unis, la libération des peuples était en effet l’une des préoccupations de Salvador Allende.

Nous voulons donc aujourd’hui, dédier cette cérémonie à tous les peuples opprimés, à ceux qui luttent pour leur liberté et la démocratie dans leur pays. Nous voulons en particulier exprimer notre soutien aux peuples arabes, à leurs révolutions et leurs sacrifices, en Tunisie, en Égypte, à Bahreïn, en Libye, au Yémen et en Syrie. Cette solidarité a une valeur morale parce que la ténacité, la résistance et la persévérance de ces peuples sont à l’origine des bouleversements que nous connaissons.

Mais nous ne pouvons pas oublier tous ceux qui, partout dans le monde, subissent encore le joug des dictatures. C’est le rôle des démocraties que nous sommes de dénoncer les tyrans et de les mettre au ban de la société mondiale. C’est aussi notre rôle à nous, de garder la démocratie au sein de la République. »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide