CCESE = « Communauté de Copains d’Etampes et du Sud Essonne » ?

Le conseil municipal du 19 octobre examinait le dossier du rattachement forcé, proposé par le Préfet, de 16 nouvelles communes du Sud Essonne à la Communauté de Communes d’Etampes et du Sud Essonne. En l’absence de toute concertation avec les habitants concernés, les élus d’Etampes Solidaire ont exprimé leur refus de ce qui s’apparente plus à une volonté de faire main basse sur un territoire, que de renforcer les services à la population. 

L’intervention de vos élus en Conseil municipal :

Le regroupement forcé des communes du canton de Méréville à la communauté de commune d’Etampes (puisque c’est grosso modo ce qui est proposé) est dans le droit fil de la réforme des territoires dont la philosophie est de poursuivre la libéralisation de l’économie en privatisant des services aujourd’hui mis en œuvre par les collectivités. En se fixant pour objectif de limiter aux communes la clause de compétence générale, ce que nous voyons se profiler ici même à Etampes avec les transferts permanents de compétences à la CCESE, en réduisant le nombre d’élus, en réunissant les conditions de la suppression des départements, le gouvernement n’a qu’un seul but dont vous vous faites complaisamment le relais M. le maire : réduire l’intervention publique pour ouvrir des marchés nouveaux aux entreprises et augmenter leurs profits. Nous avons vu cet été encore, où cela pouvait nous conduire avec la SEE.En suivant aujourd’hui le préfet dans sa démarche de rattachement forcé des communes du sud du département, vous ne faites qu’entreprendre au niveau local que ce que le gouvernement opère déjà pour des services publics nationaux tels que La Poste, l’hôpital public ou l’Education nationale. La réforme territoriale en cours ( mais heureusement stoppée pour cause de basculement à gauche du Sénat) est en effet un volet de la réforme de l’Etat, avec la mise en œuvre de la Révision Générale des Politiques Publique (RGPP) à tous les échelons de l’administration centrale et déconcentrée. Elle constitue une rupture avec les rôles et place de l’Etat et des collectivités dans notre République.Les collectivités qui subsisteront n’auront qu’une seule et même fonction : la valorisation du capital. Pour y parvenir, la concurrence entre les territoires deviendra ce que vos amis appellent : le « moteur du développement local », alors que le pouvoir de décision s’éloignera toujours plus des citoyens.Pour imposer cette politique aux collectivités, le texte met en œuvre une forte « recentralisation » de la décision. Territoire d’expérimentation, et qui nous concerne directement : le « Grand Paris », qui voit ainsi l’Etat supplanter les collectivités.La réforme de la fiscalité locale va dans le même sens. Elle a fait baisser la contribution locale des entreprises alors même que celles-ci sont bénéficiaires de nombreux équipements publics mis en place par les collectivités (routes, zones industrielles, etc.). En supprimant la taxe professionnelle pour la remplacer par des compensations aléatoires, marquant une diminution notable des recettes, l’Etat a obligé les collectivités à reporter la charge des dépenses sur des ménages.Comment pourriez-vous prétendre que les Etampois ne l’ont pas subi ces deux dernières années ? Et ce, en dépit de vos 0% de hausse des taux imprimés en gros sur le bulletin propagandiste de la majorité municipale.Nous prétendons quant à nous qu’avec les transferts de charges, l’instauration d’une taxe additionnelle à la CCESE, et les économies que vous mettez en avant dans le rapport de la communauté de communes – je cite :  » Ce fonctionnement des services de la CCESE avec ceux de la ville d’Étampes permet de réaliser une économie de 900 000 € par an ».Quelqu’un les a-t-il vus disparaître de sa feuille d’impôts ? Nous  Non !Car c’est bien une baisse des impôts que nous aurions dû avoir et non nous contenter d’un triomphaliste 0%, comme si cela tenait du miracle alors que par ailleurs vous endettez la ville au-delà du raisonnable. Bien au-delà même puisque le choix d’emprunts à risques nous met aujourd’hui en situation de danger.Nous voyons que le préfet a établi son document le 4 juillet dernier, qu’il a envoyé aux maires son projet de schéma le  20 juillet dernier, que la date limite est fixée au 21 octobre et nous sommes le 19 octobre ! De qui vous moquez-vous ? Sur quels avis se sont rangés les quatre représentants de la ville d’Étampes qui ont voté au Conseil communautaire le 27 septembre ? Le vôtre assurément, le nôtre ou celui des étampois surement pas.Quel compte rendu nous en ont fait M Marchina, M. Colombani, M. Pierre et M. Maitre ? (On saluera au passage la parité merci), Aucun, pas un mot pas une ligne, pas une allusion en commission !NON ! Décidément, nous ne pouvons pas souscrire à cette réorganisation des collectivités imposée par l’Etat, et ce rattachement forcé imposé par le préfet que l’on nous demande aujourd’hui d’enregistrer, alors qu’il appartiendrait aux collectivités locales de décider avec les habitants de l’opportunité d’une extension ou d’un approfondissement des coopérations entre elles. Où est donc cette concertation ? Serait-elle sortie du même chapeau que les Conseils de quartier ?Nous ne vous donnerons pas carte blanche pour vous laisser construire dans cette partie du département, une autocratie, à votre mesure certes, mais quand même ! Vous aurez compris que notre vote reflètera ce refus. Ce qui d’ailleurs changera peu de chose puisque qu’on nous demande finalement notre avis que pour mieux l’ignorer. 

Un commentaire sur “CCESE = « Communauté de Copains d’Etampes et du Sud Essonne » ?

  1. Laissons décider les communes concernées… Ne les incluons pas de force !!! Pas sûr qu’ils gagnent à intégrer notre communauté de communes !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide