Tribune de juin 2012

 

Le «tout sécuritaire» s’empare de notre ville. Résistons!

Nous, élus Étampes Solidaire, Rassemblement de la gauche, des écologistes et républicains, avons pour objectif le «zéro délinquance» car c’est le seul admissible pour nos familles, nos enfants, notre ville.

Mais pour autant, comment tolérer l’implantation de caméras qui ne font que déplacer la délinquance et augmenter le risque de mise sous surveillance généralisée de la société ? Qui peut  croire qu’une caméra peut descendre d’un poteau pour nous défendre et empêcher un acte délictueux ?

Contrairement aux idées reçues, l’orientation du niveau de la délinquance dans les quartiers  sans vidéo surveillance est à la baisse et démontre que ce dogmatisme sécuritaire génère une dépense d’argent public superflue. Encore 450000€ dernièrement !

Comment également tolérer que la politique étampoise ne soit composée que d’un unique axe sécuritaire, anxiogène pour la population ?

Dans notre programme municipal, nous nous sommes attachés à privilégier l’action éducative pour réduire l’échec scolaire. En France, 150000 enfants sortent des radars de l’école chaque année. Étampes prend aujourd’hui sa triste part à ce constat !

Les missions de prévention avec des moyens humains sont primordiales. Redéployer la police municipale et créer des emplois en soutien de la population dans nos quartiers, là est l’urgence. La municipalité doit agir pour obtenir des moyens humains supplémentaires pour la police nationale. Et contrairement à ce qui est fait à Angerville, ce sont des moyens permanents qu’il nous faut !

Une politique résolument à gauche se doit de fermer le flot du robinet alimentant la délinquance. Pour cela, elle prend en compte la dimension sociologique de l’origine de la délinquance. Personne n’est programmé dès la naissance pour être un délinquant.

L’humain, premier facteur de prévention.

Nous mesurons bien la situation critique de certains quartiers qui connaissent un taux de cambriolage sans précédent et avec des méthodes de plus en plus violentes.

Pour autant, les «voisins vigilants» ne sont pas la solution. Il ne s’agit que de l’émergence au niveau local d’un manque de moyens humains de prévention et le symbole de la rupture consommée entre police et population. Le commissariat local n’a pas échappé à la culture du chiffre imposée par l’UMP, écran de fumée inutile.

Cette culture sécuritaire vient des États-Unis, avec le concept de «patrouilleurs vigilants». Importer un concept ultra droitier, voila le projet de l’UMP locale et de son maire ! Avec des messages tels que, «La sécurité, c’est l’affaire de tous», les excès de zèle sont assurés quand déjà certains sont prêts à se faire justice eux-mêmes. Policier est un métier qui demande une formation spécifique. La maîtrise et le professionnalisme ne sont pas sacrifiables sur l’autel de la démagogie.

Résistons!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide