CEREMONIE DE VŒUX 2013: LES VOEUX DE LA HONTE

Vendredi soir se tenait la cérémonie des vœux aux Étampois et aux habitants de la Communauté de Communes. D’une pierre deux coups, économies obligent direz-vous. Soit. Nous préférerons rappeler que cela permet à notre député maire d’asseoir sa position plus que prédominante dans cette entité…

Débutant à 19h, la cérémonie se déroulait comme chaque année : des élus ou personnalités alignés en file indienne à l’entrée de la salle des fêtes, serrant des mains et souhaitant le meilleur à des personnes qu’ils ne reconnaitront plus dans quelques jours, aux hasards de leur pérégrination (pour ceux qui sortent de chez eux) dans notre ville. Hypocrisie quand tu nous tiens….

Point d’orgue de cette cérémonie, le traditionnel discours soit disant improvisé- tout le monde a pu voir les antisèches sur le pupitre permettant à d’aucuns de citer des proverbes chinois ou des phrases de Victor Hugo dont ils ne connaissaient même pas l’existence quelques jours avant.

Dans ce discours apolitique (le Stif- la région- et le conseil général apprécieront les remarques destructives à leur encontre), le président de la communauté de communes, le 1er adjoint de notre ville, et bien évidemment le député maire mettaient en exergue, tour à tour, le principe de solidarité (travail, logement… pour tous) en ces temps de crise, quand dans le même temps la police municipale, priait deux sans domicile fixe de bien vouloir quitter la salle (sous la neige et par moins 4°)…Pourquoi ? Pour avoir eu l’audace de dire tout haut ce que beaucoup devaient penser tout bas, commentant chacune des envolés lyriques propres à notre député maire.

Nous n’irons pas jusque dire que c’était à la demande de ces mêmes « élus »… Mais un doute persiste…

SDF

Écœurés par la situation, les membres de notre association, et la conseillère municipale Étampes solidaire, ont demandé à 3 des adjoints au Maire qui paradaient dans la salle de bien vouloir intervenir auprès des forces de l’ordre pour permettre à ces Étampois de pouvoir profiter comme tous de ces « festivités ». Affirmant qu’aucun d’entre eux n’avait ce pouvoir, ils ont continué à boire leur coupe et grignoter leurs cacahouètes, pendant que dehors, nos deux hommes, sous la neige et par – 4° C, se demandaient ou dormir ce soir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide