Tribune Avril 2013

INVENTAIRE …

Depuis 2008, Etampes Solidaire, Rassemblement de la gauche, des écologistes et républicains défend pour notre ville plus de partage, plus de vie, plus de solidarité. Les crises du capitalisme doivent pousser à développer les solidarités et renforcer les réflexions citoyennes sur la gestion de leur collectivité et du monde qui nous entoure !

Depuis 15 ans,  F. Marlin et son équipe, adeptes du culte du chef «sauveur suprême» n’ont eu de cesse d’appliquer le principe délégataire de la politique en décidant à la place des étampois ce qui est bon pour eux. Cette politique, dictée par la droite étampoise, ne laisse aucune place à la population sur la politique municipale !

Pourtant, la démocratie étampoise s’est exprimée à plusieurs reprises sur le changement d’horaire du marché ou encore dans le quartier des Hauts Vallons qui a vu le projet de la municipalité proposant la fermeture de l’accès au reste du quartier remis en cause vigoureusement par ses habitants. Rien ne doit se faire sans vous ! Nous proposerons la mise en place d’un budget participatif pour que vous ayez en main, toutes les clefs de la politique de la ville.

L’équipe de F. Marlin développant une politique de l’offre en oubliant d’assurer les besoins fondamentaux des habitants doit être stoppée ! Pour nous la démocratie, ce n’est pas tous les six ans pour l’élection d’un chef ! Voilà de bonnes raisons de s’engager dans la vie municipale et de le faire avec nous.

A l’heure de la tempête soulevée par l’endettement extrême de la municipalité et la crise économique, la majorité donne 80 000€ à l’église pour payer l’installation d’un orgue de 300 000€ (financé par 10 contributeurs étampois), préférant la charité à la solidarité du développement d’une épicerie sociale pour les plus touchés par la crise. La musique adoucit les mœurs mais ne nourrit pas son homme !

Mais ce n’est pas le seul secteur de la politique de droite locale  en faveur des plus riches. L’eau indispensable à la vie, n’est pas gratuite à Etampes comme c’est le cas maintenant à Viry-Châtillon. Cette eau que des multinationales prélèvent gratuitement dans l’environnement, se transforme en marchandise avec la complicité de cette majorité ! Doit-elle être livrée à la SEE pour alimenter les profits d’une multinationale ? (SUEZ pour être précis).  Pour nous, c’est non car nos vies valent plus que leurs profits !

La privatisation de la gestion de l’eau et de l’assainissement à la SEE n’est que le fait du prince sous la caution d’un cabinet grassement rémunéré par la majorité, aboutissant invariablement aux mêmes conclusions. De l’argent dilapidé en temps de crise alors que le Conseil régional subventionne la totalité des audits sur l’eau… cette municipalité préfère ne rien demander à la région. Cette possibilité pourtant évoquée lors d’une commission n’a même pas retenu l’attention de Mme Girardeau, Conseillère régionale… Votre pouvoir d’achat n’est vraiment pas leur priorité !

Le soutien aux luttes locales est aussi symptomatique d’une droite qui ne veut pas porter son nom. Rappelez-vous de ce maire qui donnait 25 000€ d’argent public au patronat au lieu de le verser dans une caisse de grève des salariés de Faurecia. A côté de cela, il donne, moqueur, 300€ aux syndicalistes d’un piquet de grève pour «payer les merguez». Leur politique de soutien au patronat n’est plus à prouver. Le résultat du dernier plan social de Faurecia avec plus de 400 suppressions d’emplois permet de juger de l’efficacité de cette politique d’accompagnement des multinationales.

La politique locale du «ni gauche, ni droite» a sa résurgence nationale avec la politique de continuité impulsée par le gouvernement Ayrault à la suite de Sarkozy ! Cette politique identique, jugée acceptable par la majorité municipale sous Sarkozy, ne bénéficie pourtant pas du même traitement médiatique aujourd’hui. A vouloir faire de la propagande, verrouiller la démocratie locale, le retournement de situation n’en sera que plus soudain et rapide…

La politique du « ni droite, ni gauche », c’est la politique de ceux qui se satisfont des inégalités, c’est la politique de ceux qui en profitent et ne veulent pas que cela change. C’est favoriser des intérêts particuliers au détriment de l’intérêt général !

Pour en finir avec cette politique de casse sociale, rejoignez Etampes Solidaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aide

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide