La restauration scolaire municipale en danger !

La cuisine centrale est un outil unique  pour tout ce qui touche l’alimentaire et l’économie locale.  Nos produits locaux sont  logiquement mis en lumière par des pratiques d’éducation populaire de nos enfants par des interventions quotidiennes de nos cuisiniers. Explications sur  l’origine des produits,  les recettes ou simplement avoir un retour in situ des goûts de nos têtes blondes pour lutter contre le gaspillage alimentaire.

« Mieux encore, cet outil municipal permet de faire la promotion des produits sains  gages de bonne santé avec le développement progressif de l’alimentation BIO dans les assiettes. »

Il ne s’agit pas ici de succomber à un phénomène de mode, mais bien de prendre en compte les ravages des pesticides sur l’Homme par la recrudescence des Cancers, de la pollution de nos réserves en eau et l’appauvrissement qualitatif de nos  sols.  Si Etampes est une ville à la campagne, elle doit s’appuyer sur l’ensemble de ses atouts pour façonner son territoire par une activité économique planifiée. Notre ville ne doit pas rester uniquement la fameuse ville d’art et d’histoire.

« La cuisine centrale peut être un élément structurant d’une politique environnementale et sociale du bassin Etampois. »

Développement des circuits courts qui permettent d’acheter local, de maintenir l’agriculture paysanne à laquelle nous sommes toutes et tous attachés car elle produit des denrées alimentaires de qualité. En structurant un bassin agricole qui contribuera à la création d’une zone de protection élargie de la nappe phréatique et à la stabilité des revenus des maraîchers locaux. Le développement d’une cuisine centrale permet le maintien de l’emploi local si la volonté politique est présente. Mais ce n’est pas le cas à Etampes.

« Nous avons été à moitié surpris de voir pointer un appel d’offre pour un audit dit indépendant  (de qui et de quoi ?) de la cuisine centrale. Voici les éléments qui interpellent dans leur formulation et objectifs affichés. »

Extraits de l’appel d’offre de la majorité:

 

« Compte tenu de l’urgence à réaliser certains travaux, le prestataire devra réaliser une étude à compter de la notification du marché et de l’ordre de service prescrivant le démarrage de la mission. »

 

« Au terme de cette étude, la collectivité devra être en mesure de lancer une procédure de marché public avec l’assistance du candidat retenu, pour assurer le fonctionnement de la rentrée scolaire de janvier/2016 dans les meilleures conditions. »

« Le maire se payant le luxe de se moquer du conseiller MODEM, lors du dernier conseil municipal, en répondant les enfants mangeront les plats préparés par la cuisine centrale municipale en septembre 2015. »

Le  Maire savait pertinemment que la date envisagée du basculement au privé de l’appel d’offre était janvier 2016, la réponse était donc correcte mais  c’est une promesse qui n’arrête pas la « mise en concurrence ». De plus, les tarifs des repas viennent d’être modifiés par une délibération du Conseil municipal. D’après un membre du cabinet du maire, il est nécessaire que le tarif appliqué corresponde au Chiffre d’affaires d’une structure équivalente (ndlr : la cuisine centrale).

Pour faire simple, personne ne paie la totalité du prix de revient d’un repas car la municipalité d’Etampes subventionnait chaque repas de façon à alléger la facture mensuelle.

« Dans le cas de reprise de cette activité par le privé, il faut que le prix du repas finance l’ensemble du service sans subvention de fonctionnement de la municipalité»

Pour une fois que la majorité anticipe quelque chose, c’est pour préparer une privatisation rampante. Pour que la mariée soit belle, la municipalité augmente donc  les tarifs pour attirer les requins du privé qui viennent pour faire des bénéfices…. La privatisation d’un service s’engage aussi avec ses mesures inéquitables dont la traduction concrète et emblématique reste la progressivité des tarifs votés par la majorité qui permettra de passer la main au privé.

Notre élu a pourtant appelé à poser le débat sur ce sujet afin d’avoir une décision collégiale concernant  la tarification  des repas. Mais sans Franck Marlin au conseil municipal, ce n’est pas l’efficacité et la justice sociale qui guident l’action de la majorité mais la feuille de consigne de vote. Ils n’avaient aucune marge de manœuvre, la laisse était trop courte ?

De façon à illustrer notre propos, vous trouverez ci-dessous le graphique de la proposition de la majorité Marlin et la proposition citoyenne d’Etampes Solidaire.

Tarif

Nous proposons une facturation avec un taux d’effort permettant de descendre à 47cts d’€ le tarif planché et d’avoir des tarifs proportionnels aux revenus par  principe d’équité.

« La majorité n’a pas souhaité adopter notre proposition préférant un dispositif de facturation par pallier contribuant à faire contribuer beaucoup plus une personne au smic qu’une personne gagnant 4000€/mensuel. »

Finalement, Franck Marlin fait cotiser les bas revenus pour les hauts revenus… Allons-nous accepter encore cela en sachant que le but principal de cette modification de tarif est de privatiser une cuisine centrale qui fonctionne ?

 

 

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide