La privatisation de la cuisine centrale, c’est maintenant.

1979 ! C’est l’année de création de la structure municipale qui instaurait le collectivisme dans un domaine inattendu comme la fourniture des repas aux petits et petites Etampois(es). Pour l’époque, au-delà des aspects partisans, c’était une véritable révolution.  Le maire de l’époque, M Lefranc, avait anticipé l’ouverture des nouvelles écoles et généralisé la fourniture des repas aux écoles maternelles. Fruit d’une volonté d’hommes et de femmes qui introduisaient dans le débat local, l’idée que l’ensemble des repas  devait être confectionnés dans une unique structure locale, permettant de faire des économies et de développer l’économie locale. Tout cela en créant un réseau de fournisseurs de proximité (Agriculteurs et maraichers). Cette vision sur le long terme permettait à la ville d’être son propre fournisseur à prix coutant en sécurisant l’ensemble de la chaine alimentaire à destination de nos enfants.

2016 ! Le privé débarque comme dans de nombreux domaines sous les mandats du Maire actuel : eau, éclairage public, entretien des bâtiments, fourrière…. Et maintenant, c’est le tour des repas des petits et petites de la ville.  L’explication réside dans le manque de volonté, car pendant ces 18 dernières années, il n’y a pas eu cette détermination de pérenniser les investissements que des générations d’Etampois ont consentis pour obtenir un repas au juste prix et de qualité. La structure s’avère inadaptée  pour poursuivre l’aventure car, fort logiquement, entre  1979 et aujourd’hui la population Etampoise a augmenté. La cuisine centrale d’Etampes sert 2300 repas à destination de 23 sites,  avec 18 personnes et deux agents pour le portage des repas à domicile dans une structure qui date…

Pour répondre à cette situation, il faut reconnaitre que la municipalité avait, dès 2010, engagé une étude pour déterminer l’investissement nécessaire à la restructuration de la cuisine centrale  ou à la création d’un nouveau bâtiment. Le montant de l’investissement se situant approximativement à 2 millions d’euros, mais le rapport a pris la poussière pendant 5 ans…. Laissant place à un projet ferme d’externalisation de la prestation d’élaboration des repas.  Pour résumer, c’est une privatisation avec risque de perte de compétence interne, et une perte totale ou partielle des investissements que la ville a effectué. Pour votre information, le maire nous indiquait par courrier que sur les 5 dernières années, la ville a investi 863 278€ dans la structure. Tout cela à pure perte si la privatisation est actée.

Sans oublier que la ville va devoir rompre l’ensemble des contrats avec les fournisseurs de la structure actuelle en payant des indemnités. Le montant du gaspillage d’argent public risque d’être supérieur au million d’euros. Dur pour les finances de notre ville déjà mise à rude épreuve, par les baisses de dotation de l’Etat et la politique gouvernementale. Cette orientation politique est absurde.

Pour donner le change, la majorité actuelle garantie qu’elle ne fera pas d’idéologie dans cette affaire en choisissant le montage le plus efficace. Vous verrez un peu plus loin que c’est malheureusement totalement faux. Après avoir laissé pendant 5 ans un rapport dans les armoires, qui va encore croire leurs mensonges ?

Un projet alternatif est pourtant possible et nécessaire ! Les élus municipaux de la majorité  ont fait évoluer la cuisine pour suivre l’augmentation démographique de la ville, mais sans jamais toucher la structure. Le projet alternatif raisonnable et souhaitable reste la reconstruction de la cuisine centrale, avec une perspective de mutualisation de service avec la Communauté de communes et l’Hôpital d’Etampes. Dans un second temps, seulement pour  l’Hôpital, car il y a le coût d’une rupture de contrat avec les fournisseurs qui est souvent prohibitif.

La mutualisation avec la Communauté de communes permettra de pérenniser les efforts des Etampois(es), d’amortir le coût d’une nouvelle structure sur beaucoup plus de contribuables et d’en faire profiter les communes avoisinantes. Mais curieusement le Président de la Communauté de Communes de l’Etampois Sud Essonne fait un tout autre choix idéologique. Il décide de reconduire automatiquement le privé dans un appel d’offre visant la production de repas pour les crèches et les goûters des périscolaires et centres de loisirs. Est-il utile de rappeler que Jean Pierre Colombani, bras gauche de Franck Marlin et homme de paille à l’intercommunalité, privilégie le privé par pure vision idéologique ? Le résultat est le sabordage de tous les efforts des Etampois pour leur cuisine centrale depuis 1979 et l’augmentation des tarifs pour les usagers !

Il faut donc être clair, l’audit sur la ville d’Etampes n’est qu’une mascarade de plus. La privatisation n’est absolument pas nécessaire car aucune fermeture administrative n’est prévue si nous continuons avec la cuisine centrale. Nous préconisons de lancer dès aujourd’hui le projet de reconstruction d’un nouveau bâtiment adapté au capacitaire de production comprenant Etampes, la CCESE et l’hôpital.  La mutualisation des couts permettra de substantielles économies sans perdre les investissements que nous avons faits depuis 1979.

La direction départementale de la protection des populations indique que le personnel est très compétent dans l’un des derniers rapports. Rien d’étonnant car en 35 ans de pratique, la productivité de la structure a été de + 27% par rapport à la date d’ouverture de celle-ci. Il ne reste plus qu’à soutenir un projet innovant qui permettra d’offrir des repas de qualité gustative bien supérieure à ce que le privé est capable d’élaborer avec leur impératif de profit contradictoire avec notre intérêt collectif. Il suffit d’interroger les enfants des crèches de la communauté de communes pour s’apercevoir qu’ils ne mangent pas bon. Pour nous, pas question de reconduire l’expérience malheureuse qui se déroule dans les crèches de l’Etampois Sud Essonne.

L’histoire s’arrête et trébuche sur un manque de perspective à plus long terme de nos élus locaux. Il est vrai que les mandats ne durent que 6 ans et que de fait, la perspective qu’ils semblent avoir ne va pas au-delà. A nous de leur expliquer que nous vivons à Etampes et que notre perspective va bien au-delà  de la durée de leur mandat !

WordPress theme: Kippis 1.15
Notre Newsletter pour suivre l'actualité municipale
Je Valide